Fête des pères : Une carte pop-up à fabriquer

Vous l’avez sûrement déjà noté, la fête des pères approche, et vous hésitez sûrement entre une cravate à motifs Spiderman qu’il ne mettra jamais (surtout en télétravail), un mug légèrement kitsch « meilleur papa du monde » ou un cendrier en pâte à sel décoré avec amour (et des coquillettes).

Stop.

Il vous reste quelques jours pour commander des biscuits beaux, bons et super personnalisés chez Very Vero. Un cadeau qui soutient une petite entreprise (Veronica travaille seule) , qui lui fera plaisir (et s’il ne lui fait pas plaisir, vous n’aurez qu’à le manger vous même, non mais), et qui n’encombrera pas le salon trop longtemps.

Et pour accompagner ce cadeau parfait, je vous ai préparé un petit kit pour créer votre carte pop up spéciale fête des pères !

Vous pouvez télécharger le fichier pdf de votre carte ici.

Il ne vous restera plus qu’à sortir vos plus beaux ciseaux, bâtons de colle, et feutres (ou crayons de couleurs), un peu de temps privilégié avec vos enfants (et en cachette du papa), et le tour est joué.



(N’hésitez pas à venir me raconter, après)

Trois bricolages de printemps – pour occuper les enfants confinés

Pas facile de trouver des idées pour occuper (intelligemment) les enfants, surtout quand on en a plusieurs, qu’on n’a pas un matériel de fou et pas trop de disponibilité mentale.

Je suis bien placée pour le savoir : j’instruis mes deux enfants (maintenant 4 ans et demi et 7 ans) en famille depuis qu’ils sont nés, j’ai donc une petite expérience de la question. En ce début de troisième confinement, voici quelques idées de printemps pour mettre de la couleur chez vous et construire quelques chouettes souvenirs de bricolage en famille – sans prendre toute la journée, parce que vous avez aussi des choses à faire.

En général, j’essaye de m’inspirer des saisons et des célébrations associées, je vous propose donc trois bricolages de printemps, réalisés avec mes enfants soit cette année soit lors du premier confinement. Ces idées ont très bien marché chez moi, avec des enfants entre 3 et 7 ans, donc !

Pâquerette de fenêtre

Il vous faut du papier (blanc et/ ou coloré), des ciseaux et un tube de colle.
Découpez deux cercles colorés (ce sera le cœur de la fleur) ainsi que tout plein de bandes de papier blanc.

Pliez (sans marquer le pli) une bande de papier, et collez la sur un des cercles ; recommencez pour faire tout le tour du cercle. Lorsque votre fleur est terminée, il n’y a plus qu’à coller le deuxième rond de papier par dessus pour sécuriser le tout.

Ta-da !

Arthur, 3 ans, a fait sa fleur tout seul.
Et voilà !

Nous avons accroché ces fleurs sur la fenêtre avec de la patafix, et ajouté des tiges en masking tape. Un autre jour, j’ai prêté aux enfants mes posca pour qu’ils dessinent de jolis insectes autour des fleurs.

Une famille d’oiseaux-mains

Avec du papier (canson) blanc ou coloré, des la peinture ou des feutres, et des choses douces (autocollants mousse, plumes, petits morceaux de fil et de laine), nous avons fabriqué notre famille, en oiseaux, dans leur nid douillet.

Dessinez puis découpez l’empreinte de main de chaque membre de la famille, puis décorez les oiseaux avec de la peinture et /ou des feutres. Il ne reste plus qu’à leur préparer leur nid et à les installer dedans !

Papillons de printemps

Ce bricolage est un peu plus long et plus complexe que les deux précédents, et plus salissant aussi. Mais le résultat est vraiment cool, et les adultes peuvent aussi s’amuser avec !

Ces papillons là, c’est moi qui les ai faits – et j’ai terminé leur décoration pendant une visioconférence particulièrement longue.

Il vous faudra du papier épais (canson, ou carton de boîte de céréale – ou de pizza !) et de la peinture en tubes (j’ai utilisé de l’acrylique, mais ça marcherait aussi avec de la gouache), un crayon à papier et des ciseaux. Pour les finitions, des feutres pourront être utiles.

J’ai découpé les feuilles de canson dans le sens de la longueur, puis plié dans ce sens également pour obtenir de longues bandes de papier plié. Donnez une feuille (dé)pliée à chaque participant, puis demandez lui de choisir quelques couleurs (en évitant les couleurs complémentaires).

D’un côté du pli, faites des taches de peinture, bien épaisses (il faut se retenir de « peindre » !) , en associant les couleurs.
Pliez votre papier, appuyez bien partout pour étaler et mélanger les couleurs…

ouaaaaah dessins surprise !

Répétez l’opération si nécessaire.

Pendant que les feuilles sèchent (ouvertes, sinon ça colle et ça déchire tout), vous aurez le temps de nettoyez les pinceaux, la table, le sol, les mains et les cheveux de vos enfants, bref la peinture (c’est un peu salissant des fois).

Une fois que tout est très bien sec, repliez les papiers pour cacher à nouveau les couleurs, et dessinez des demi-papillons le long du pli. Découpez (papier toujours plié), et dépliez : voilà un papillon coloré et symétrique !

Vous pouvez coller ce papillon sur une carte ou sur une grande feuille, ajouter des détails au feutre, ou l’utiliser pour envoyer des cartes pour dire à vos proches que vous pensez à eux !

Les papillons de ma fille, 7 ans

Et si vous êtes comme moi, vous garderez les chutes de papiers colorés, parce qu’elles sont magnifiques et qu’on peut les utiliser pour d’autres projets.

Fêter un anniversaire au temps du COVID

Déjà presque un an que le mot « covid » a fait son apparition dans notre vocabulaire. Je ne sais pas comment ça se passe chez vous, mais ici, on en a marre, petits et grands !

C’est dur pour moi qui ne peux pas travailler comme je le voudrais, c’est dur pour mon mari qui jongle entre télétravail et distanciel, c’est dur pour les enfants qui ne voient plus autant leurs ami-e-s et dont les activités de loisir sont interrompues ou transférées sur zoom sans préavis. Je pense que c’est encore plus dur pour eux, en fait : ils ont encore moins de contrôle sur les événements que nous, les adultes, et un an, à 4, 5,6 ou 10 ans, c’est si long !

Et ça va rester comme ça encore quelques mois (je n’ai vraiment pas envie d’écrire « années » ici).

Pour un enfant, son anniversaire, c’est important. Ils ont besoin d’être fêtés, de se sentir uniques et aimés, de voir leurs amis et de recevoir des cadeaux. Pas forcément des cadeaux gros et chers (un dessin ou un sachet de chocolats c’est très bien), pas forcément des tonnes d’amis, pas forcément une immense célébration, mais ils en ont besoin. Parfois, un appel Skype avec Papi et Mamie, ce n’est pas assez.

Comprenez-moi bien : je ne suis pas en train de dire qu’il est essentiel pour le bien être de votre enfant d’avoir une fête immense, au mépris des règles de gestes barrière/couvre feu / confinement là où vous habitez. Je ne vous encourage pas non plus à dépasser vos limites ou à vous forcer à organiser quelque chose. Simplement, je vous propose quelques idées pour rendre ce jour vraiment spécial pour vous et pour votre enfant, si vous choisissez de le faire avec une fête en présentiel, en toute sécurité.

Où ? Avec qui ?

La plupart des experts s’accordent pour dire que les risques de transmission sont bien moindres en extérieur, puisqu’il y a plus d’espace et que l’aération y est parfaite.

Si vous avez un jardin, c’est probablement le lieu parfait ! Si, comme la plupart d’entre nous à Paris, vous n’en avez pas, il est tout à fait possible de faire la fête au parc d’à côté de chez vous.

Il est également conseillé de limiter les invitations aux meilleurs amis de votre enfant, sans inviter toute la classe. A mon avis, on limite également les risques si les invités sont tous dans la même classe (et passent donc leurs journées ensemble de toutes façons). En plus, comme la plupart des enfants qui vont à la même école vivent dans le même quartier, vous évitez les transports, ce qui est toujours chouette en ce moment.

Vous pouvez demander aux invités de porter des masques, et mettre à disposition du gel hydroalcoolique. Et si vous voulez faire des petits cadeaux d’invités, des masques rigolos et/ou des petits flacons de gel font des cadeaux utiles !

Enfin, certains parents peuvent ne pas se sentir à l’aise à l’idée de participer à une fête. C’est normal et évidemment, il n’y a aucun jugement à avoir : à chacun sa zone de confort. Vous pouvez préciser lors de l’invitation que vous avez l’intention de respecter certaines règles afin de limiter les risques – et accepter les éventuels refus sans en tenir rigueur. (sachez aussi que certains enfants pourraient être malades ou cas contact – donc risquent d’annuler au dernier moment. C’est une possibilité à préparer avec votre enfant !)

Que manger ? Que boire ?

Pour un anniversaire, il faut un gâteau, sinon ce n’est pas un anniversaire.

Mais le concept du gros gâteau à partager après avoir demandé à un enfant potentiellement contaminé et asymptomatique de postillonner joyeusement dessus (en soufflant sur les bougies), c’est un peu… stressant, non ?

Pour l’anniversaire de mon fils, j’avais préparé un joli gâteau à partager et aussi un cupcake assorti sur lequel j’ai planté les bougies (et que nous avons mangé en famille le soir). Une autre solution serait de remplacer le gâteau par des cupcakes individuels, ou par des cookies personnalisés !

Et pour rendre le tout encore plus festif, vous pourriez composer des petites boîtes (comme à macdoooo !) pour chacun : un cupcake et/ou un cookie, une petite serviette pour s’essuyer, une petite bouteille d’eau (avec une étiquette personnalisée pour un effet Instagram assuré), quelques bonbons, votre petit cadeau d’invité … Une jolie surprise, et un moyen efficace de limiter les échanges de verres. (pas très zéro déchets en revanche, mais il est possible d’utiliser des matériaux recyclables…). N’oubliez pas d’écrire les prénoms sur les boîtes et les bouteilles – ou d’apporter quelques marqueurs pour le faire sur place.

Jade de Party Box Paris peut vous aider à composer votre kit goûter !

Que faire ?

En été, c’est facile : quelques pistolets à eau, et le tour est joué.

En hiver ou par temps de pluie, c’est un peu plus compliqué, mais voici quelques idées.

Pour éviter les catastrophes, prévenez bien les parents des invités de vos plans pour qu’ils puissent équiper les enfants : pantalons de ski ou de pluie, chaussures imperméables, … La météo peut également vous jouer des tours : s’il pleut, allez-vous reporter la fête ? Ou la transformer en fête de la pluie avec bottes, pantalons de pluie et parapluies ? Je connais des enfants que la perspective d’un après midi à sauter dans les flaques (et se rouler dans la boue) réjouirait plus que tout !

Voici quelques idées d’activité extérieures compatibles avec le port d’un manteau :

  • Les bulles ! Vous pourriez acheter des grandes « épées à bulles », et chaque enfant pourrait repartir avec l’une d’elles (ce qui permet aussi d’éviter de se passer un objet de main en main… ), ou un kit pour faire des bulles géantes. Ou même demander à une professionnelle de faire un spectacle de bulles, comme ma copine Sarah !
  • Des craies pour le trottoir : Une autre chouette activité pour le moment de la fête, qui sert aussi de petit cadeau d’invité. Vous pouvez bien sûr laisser les enfants dessiner librement, mais pour stimuler leur créativité, proposez leur des thèmes : autoportrait, portrait de l’enfant fêté, écriture de compliments pour chacun… Vous pouvez aussi demander à l’enfant fêté de s’allonger sur le sol (sec) pour dessiner sa silhouette ou créer un décor féérique autour de lui. Photos souvenir originales garanties !
  • La chasse au trésor : C’est un grand classique, parce que ça marche, surtout s’il y a des bonbons et des petits cadeaux à la clé ! Pour les plus jeunes, cachez simplement des éléments à trouver dans un périmètre défini. Les un peu plus grands pourront remplir un tableau collectif avec les noms d’animaux rares, et si vous aimez vraiment ça, vous pouvez créer des énigmes pour en faire un véritable escape game !
  • Une pinata : Mes enfants adorent ça, et on peut très bien les accrocher aux branches basses d’un arbre dans le parc. Attention à laver les mains des enfants lorsqu’ils s’échangent le bâton !
  • Patouiller dans la boue : Pourquoi ne pas profiter de l’extérieur pour s’en donner à coeur joie dans les flaques ? Clairement un souvenir inoubliables pour votre enfant ! (prévoyez du chocolat chaud pour réchauffer tout le monde, et prévenez les parents des invités pour qu’ils aient des vêtements de rechange)
  • Une course de relais : Sauter de cerceau en cerceau, grimper à l’échelle, glisser sur le toboggan, courir autour des balançoires, à travers le bac à sable, puis revenir, chacun son tour et sous les encouragements des autres enfants. A vous d’adapter votre parcours à l’âge des enfants et à votre environnement, mais avec cette activité ils ne risquent pas d’avoir froid.
  • Du maquillage et / ou des tatouages paillettes : Les tatouages paillettes sont particulièrement adaptés en ce moment, puisque tout le matériel utilisé est soit à usage unique, soit désinfecté à l’alcool entre chaque enfant. Si vous préférez les maquillages, sachez que mon protocole sanitaire permet de peindre les enfants sans risques, et que mes modèles sont adaptés au port du masque !

Les petits cadeaux d’invités

Mon amie Elise a fabriqué des masques au thème de la fête, et des petites bouteilles de gel hydroalcoolique personnalisées. J’adore l’idée !

Avez-vous fêté un anniversaire cette année ? Ou avez – vous tout annulé ? Êtes-vous restés en petit comité ? Comment avez vous géré les choses ? J’adorerais en discuter avec vous; avant ou après votre fête. Et si vous parlez anglais, vous pouvez nous rejoindre dans notre groupe Facebook English Speaking Families in Paris – Kids Party Tips & Ideas !

Kitsungi

Vos cheveux blancs, ils vous agacent ? Vous vous en fichez ? Vous les cachez ?

J’ai commencé à avoir quelques cheveux blancs pendant ma première grossesse. Les tout premiers, je les ai arrachés, un peu agacée. Puis ma fille est née et j’ai eu d’autres chats à fouetter ! Et c’est lors d’un atelier de parents que j’ai entendu l’expression « une belle jeune femme aux cheveux gris ».

Continuer la lecture de « Kitsungi »

Mes 7 idées DIY pour un anniversaire inoubliable

(et leur version pro)

Si vous me connaissez un tout petit peu, vous savez que j’adore organiser des fêtes pour les enfants (et assister à celles des autres !). Oui, vraiment ! J’attends les anniversaires de mes petits, et leur farandole de préparatifs, invitations et décorations avec impatience. (Il paraît que ce n’est pas normal, mais qu’est-ce que la normalité finalement?)

J’aime tellement ça qu’il m’arrive d’organiser des fêtes sans raison autre que la sortie de la reine des neiges 2 ou l’arrivée de l’été. 

J’aime tellement ça que je vais à l’anniversaire d’enfants qui ne sont même pas les miens pour les maquiller – et j’aime ça (eux aussi) !

Sur ce blog, je partage avec vous mes astuces pour des fêtes inoubliables pour les enfants – sans rendre fous les parents.
Et parce que vous n’êtes pas obligés d’aimer préparer, organiser et animer les fêtes autant que moi, je partage aussi avec vous les contacts de mes collègues professionnels des fêtes !

Continuer la lecture de « Mes 7 idées DIY pour un anniversaire inoubliable »

J’ai testé le pinceau magique bio Namaki

Test du pinceau magique / poudre scintillante 


Précisons : ce produit m’a été envoyé par Namaki suite à un concours dans le magazine Couleurs le Mag. 

Je l’ai reçu il y a … plusieurs mois (oui je sais) et il a fallu une pandémie et un confinement pour que je prenne ENFIN le temps de l’essayer.

Mieux vaut tard que jamais, qu’ils disent…

Je vous montre la boîte pour commencer : 

 

L’argument principal de Namaki, c’est la composition naturelle et bio, donc je vous donne les ingrédients. Là dedans il y a donc : du mica (minéral qui donne le côté brillant), de la fécule de maïs pour en faire un poudre (bio), de la lécithine de on ne sait pas quoi (soja ?) qui doit être un agent de texture (pour éviter d’avoir un gros grumeau de mica au fond du pot), de la glycérine et de l’eau, de l’anisate de sodium (je sais pas ce que c’est, d’après google c’est un antimicrobien et régulateur de pH donc d’acidité), du lévulinate de sodium (conservateur), du tocophérol (l’autre nom de la vitamine E, utilisée comme anti oxydant), du plamitate d’ascorbyl (une des formes de la vitamine C, aussi un anti oxydant), de l’acide citrique (conservateur / régulateur d’acidité), du dioxyde de titane (pigment  blanc) et des oxydes de fer rouge (pigments rouges). Finalement, en bio, il n’y a que la fécule de maïs (21% du total) !
Normal pour un produit qui contient beaucoup de minéraux (le mica, les pigments blanc (dioxyde de titane) et rouge (oxydes de fer) : on ne peut pas certifier un minéral en bio.

On précise en gros que 100% des ingrédients sont d’origine naturelle. Alors en tant qu’ancienne prof de chimie, le côté “origine naturelle” ça m’amuse beaucoup parce que 100% des choses sont d’origine naturelle en fait. Genre la radioactivité est naturelle du coup les bombes atomiques sont d’origine naturelle. Le plastique vient du pétrole qui est … naturel, oui. Donc je sais pas trop ce que ça veut dire, probablement pas grand chose.

Bon, je fais un peu de mauvais esprit, la compo est relativement courte et on n’a pas de paillettes plastiques (donc pas de micro plastiques dans l’estomac des poissons). Le côté “bio”, sur ce type de produits principalement minéraux, ça n’a pas grand sens, à mon avis…

Ouvrons la boîte, voulez vous ?

Dedans il y a ça : un pinceau avec un réservoir et un flacon de poudre dorée. A vue de nez il ya  BEAUCOUP de poudre, ça va durer longtemps . C’est doré et c’est joli.


J’ai mis la moitié de la poudre dans le pinceau à peu près. Il y en a vraiment beaucoup et ça brille BIEN. (on voit mal sur la photo, c’est normal, les paillettes c’est la plaie à photographier). Vous notez que j’en ai bien mis partout grâce à ma dextérité légendaire. 

Sur la peau, c’est joli et nacré, Ca ne fait pas vraiment “paillettes” mais le côté scintillant est vraiment là, tout en délicatesse. Le doré se fond sur mon teint, on ne le voit pas très bien (surtout en photo), mais du coup c’est très subtil et joli. Sur une peau plus foncée que la mienne (ce qui n’est pas très difficile) ça sera plus visible. J’ai aussi très envie de l’essayer comme ombre à paupière ou pour le teint en allant en soirée (genre je vais à des soirées, je rappelle que j’ai deux enfants et qu’on est tous confinés de toutes façons, mais laissez moi rêver enfin !)

En conclusion : j’aime bien. Je pense que je l’utiliserai sur les bellypaintings, pour donner un peu de brillant de façon subtile. 

Ca brille et c’est joli. Je suis contente. (ma nappe est contente aussi)

Merci Namaki pour ce cadeau !

Je veux m’y mettre… J’achète quoi ?

Pinceaux

Si se faire maquiller est un vrai plaisir, maquiller les autres en est un aussi, croyez moi !
Et les petits et les grands aiment souvent ça… Alors pour apprendre, évidemment le top c’est de faire un petit stage avec un-e pro (au hasard, moi, contactez moi pour organiser ça). Mais… après, avec quoi on maquille, une fois à la maison ?

La réponse est : ça dépend (sans blague).

De votre budget, de vos envies, de l’usage que vous ferez de ce matériel (est-ce pour un adulte, pour un enfant qui veut se maquiller lui même, pour la kermesse de l’école ?)

La première chose et la seule sur laquelle on ne transige pas du tout jamais de la vie, c’est : on utilise des produits cosmétiques (faits pour aller sur la peau), aux normes cosmétiques . D’une marque qui a pignon sur rue (on en reparlera).

Exit : Les posca (marque que j’aime d’amour pour écrire et dessiner sur tout sauf sur la peau), les feutres à alcool type sharpie (pour la même raison), la peinture acrylique (omondieu, c’est du plastique, ça bouche les pores, c’est plein de pigments pas faits pour la peau, berk berk), la gouache, les feutres même « lavables » . Ce ne sont pas des produits cosmétiques, même s’ils sont de (très) bonne qualité. Et même si « petit-e je m’en mettais dessus tout le temps et j’ai jamais eu de problème ». C’est très différent de laisser un enfant jouer et explorer avec la peinture à doigts de temps en temps, et de lui maquiller le visage (ou même le corps) avec.
Exit aussi les crayons ou fards de maquillage sans marque ni marquage de norme, achetées sur wish ou aliexpress ou dans les magasins « tout à 1€ », la qualité sera naze (pas beaucoup de pigments, toucher désagréable etc) et il y a un risque non négligeable pour que les pigments utilisés soient à base de métaux lourds genre du plomb ou autres trucs nuls, voire que le machin soit hyper allergisant. Sans aucun contrôle car pas de marque / de tests de normes. BERK.

Exit aussi et ça c’est encore plus important, les paillettes de bricolage.  Les paillettes, ça brille, c’est beau, c’est comme de la magie, c’est super. Mais c’est surtout des petits morceaux de matériaux brillant. Pour les paillettes cosmétique, il s’agit de plastique (ou bioplastique pour les versions biodégradables, un autre sujet passionnant mais pas celui dont je parle maintenant) adapté au contact avec la peau (y compris les colorants), souvent ronds ou hexagonaux. Pour les paillettes de bricolage, c’est souvent du plastique couvert d’une fine couche de métal (pensez papier alu), coupé en tout petit carrés (ou hexagones). Donc du métal avec des coins. Sur le visage d’un enfant (ou d’un adulte). On est à un frottement d’yeux de se retrouver avec un bout de métal pointu dans l’œil. Quand c’est pas un petit morceau de verre. Bref, je vous fais pas de dessin : IL FAUT PAS LE FAIRE.

(attention, une paillette, même cosmétique, dans un œil, ça fait mal et ça fait pleurer ! Mais ça ne raye pas la cornée donc c’est : pas grave. On évite quand même les paillettes près des yeux des plus petits et on demande aux grands de bien fermer les yeux très fort au moment de les appliquer).

Okédakor madame la Licorne mais du coup… On achète quoi ?

Des couleurs

Si c’est pour une fois de temps en temps, qu’on a pas beaucoup de sous et/ou qu’on veut absolument acheter dans un magasin « physique » et pas sur Internet, on va vers ce genre de choses : Grim’tout, le leader du marché en France, ou Djeco (ou d’autres marques de jouets « bien »). Ce sont des produits sécurisés, aux normes cosmétiques, utilisables sans danger sur les enfants (à partir de 3 ans).
Par contre, les pigments ne sont pas très intenses, les couleurs pas très vibrantes, la texture difficile à rendre belle, bref : le résultat sera pas top. Mais : vous limitez au maximum les risques (d’allergie, de toxicité). Ces marques proposent aussi des paillettes (cosmétiques), en gel ou libres, et sans danger.

Il existe également des marques de maquillage bio. Je n’ai pas eu l’occasion de les essayer personnellement, mais même sur leurs photos de promo, on voit que les pigments ne sont pas très vifs… Ce qui est parfaitement normal pour des pigments bio, on ne peut pas tout avoir! Mon avis c’est que comme ce sont des produits qu’on utilise ponctuellement (et pas tous les jours comme un gel douche par exemple), le « non bio » a un impact moindre dans ce cas, et autant aller vers des couleurs qui pètent!

Si on a un peu plus de sous et/ou qu’on a envie de choses de meilleure qualité, on va chez Planet Body art ou Les couleurs du vent (en France), qui vendent du maquillage professionnel pour le bodypainting. Il y a de nombreuses marques, de qualité équivalente – chacun et chacune a sa préférence évidemment, mais globalement, ce qui est vendu sur ces sites est de bonne qualité.
Dans la suite je vous ai mis des liens vers les produits sur le site de Planet Body Art, sachez que cet article n’est pas sponsorisé du tout, simplement c’est principalement là que je me fournis. (Ceci dit Bruno si tu veux me sponsoriser, tu as mon historique de commandes, tu sais donc ce que j’aime et ce que je n’ai pas encore, et en plus tu as même mon adresse)

Personnellement, voilà ce que je conseille (après cette introduction d’à peine 800 mots, nous arrivons donc au vif du sujet) :

J’aime les marques Global Colours, TAG, Fusion Body Art, DiamondFX, et Superstar. Mes préférés étaient Global Colours au début parce que sous le climat chaud et humide de Nouméa, c’est la marque qui tenait le mieux ! Maintenant j’ai une préférence pour Fusion, la petite sœur de Global, et pour les couleurs unies (surtout les métalliques) de chez Superstar, qui ont la particularité d’être fabriquées en Europe (mais pas vegan, elles contiennent de la lanoline).

Personnellement, j’ai commencé avec une palette de one stroke (celle-ci), rapidement upgradée avec des couleurs unies en plus, et des pinceaux IKEA, rapidement remplacés par des pinceaux plus adaptés (je vous en reparle plus bas).

Palette Carnival Global Colours

Pour un adulte ou un enfant grand (je vous laisse définir « grand ») la palette mixte « one stroke – couleurs unies » est  un bon moyen de commencer et/ou d’avoir un kit polyvalent et compact à emporter partout (ou à ranger dans un petit appartement parisien). Mais comme le one stroke demande une bonne maîtrise du geste et de la patience et de l’entraînement, je le recommande plutôt pour les adultes / enfants grands.

Lorsque ma fille de 5 ans a voulu commencer le maquillage, je lui ai offert cette palette Superstar, qui a toutes les couleurs indispensables (comme le rose, le violet, le doré) et est  bien solide (en métal). Les couleurs Superstar sont faciles à appliquer et les couleurs sont belles et vives. Je n’ai jamais eu de problème pour démaquiller ma fille, ses copines ou son petit frère, qu’elle maquille très souvent.

Comme j’aime les arcs en ciel plus que (presque) tout, j’ai quand même ajouté un one stroke arc en ciel. En l’occurrence je l’avais déjà chez moi, mais vous trouverez votre bonheur ici . Attention, plus il y a de couleurs dans le one stroke, plus c’est difficile de s’en servir. Pour utiliser le one stroke, il faut un pinceau plat de 3/4 inch ou 1 inch, soit entre 2 et 2.5 cm de large. Là encore, on en trouve sur les sites de maquillage, mais aussi dans les magasins de beaux arts (plus difficile à trouver dans ces largeurs cependant).

Palette basique Superstar

Des pinceaux

J’ai ajouté quelques pinceaux ronds et plats, inutile d’investir trop vite dans des pinceaux à 10 ou 15 euros l’unité (eh oui), j’aime bien ceux de la marque Manet pour l’huile et l’acrylique. Attention à bien prendre des pinceaux en poils synthétiques, plus adaptés que les poils naturels (qui peuvent réagir bizarrement avec la peinture).

Des éponges et des peintures multicolores

Ma fille n’est pas fan des éponges (probablement parce que moi non plus), mais lors de mes initiations aux beaux maquillages multicolores, je vous apprends à utiliser une éponge et un split cake  : un grand rectangle contenant plusieurs couleurs qu’on vient récupérer d’un seul coup puis appliquer avec l’éponge.
J’aime les éponges pétale (bien adaptées aux visages des enfants) ; les marques de split cake sont les mêmes que pour les peintures (Superstar n’en fait pas, ils n’ont que des couleurs unies), il faut choisir ses couleurs préférées (et c’est  impossible de se limiter à quelques uns). On peut aussi les fabriquer soi même avec des couleurs unies.
(A noter, les couleurs Grim’Tout en gros galet font des split cakes tout à fait acceptables. Leur défaut principal (le défaut de pigmentation) étant moins « grave » pour les bases, le résultat est correct. Cependant, ce n’est même pas si économique que ça, les galets Grim’Tout coutent autour de 5 € les 18 mL contre environ 6 € les 32g des marques pro. Évidemment l’unité n’est pas la même donc pour comparer ce n’est pas facile. Mais bon. Le prix est pareil, quoi. En plus, Superstar fait des pots de 16g, bien suffisants pour maquiller beaucoup d’enfants, autour de 4.50€. Franchement, mon avis, c’est que ça ne vaut pas le coup de s’embêter… Mais si vous avez des galets à recycler, ça marche ! )

Des paillettes libres, en gel, en crème, des paillettes partout

Évidemment cet article ne peut pas être complet tant qu’on n’a pas parlé de paillettes. Je ne parlerai pas aujourd’hui des paillettes biodégradables parce que pour l’instant, je n’en utilise pas. Cela fait partie des choses que je veux étudier, mais j’ai encore un grand stock de paillettes à utiliser avant de pouvoir les remplacer par des biodégradables. Je voudrais également dire que les flacons de paillettes durent LONGTEMPS. Même en maquillant tous les jours depuis un an et demi, je ne suis toujours pas venue à bout de mes premières paillettes. La quantité de déchet produite est donc « raisonnable », même si, nous sommes d’accord, aucun, ça serait mieux.

Les paillettes, je vous l’ai déjà dit, doivent absolument être cosmétiques, et je déconseille d’en acheter pas cher – c’est trop important…
J’ai des paillettes fines en pfftpfft (oui c’est un terme technique), on en trouve également en petit pot (plus ou moins pratique, chaque technique a ses afficionados). Il existe également des paillettes plus grosses « chunky », à ne pas appliquer près des yeux (dedans ça fait MAL), mais qui sont très très jolies aussi.
Mes préférées d’amour, celles qui font scintiller les yeux des enfants et des grands (alors qu’on ne les met pas sur le contour des yeux!) ce sont les gels pailletés pleins de paillettes de différentes tailles, formes et couleurs, comme les Pixies . Super faciles à appliquer au doigt ou avec un applicateur silicone exprès (gadget ultime trop pratique), elles transforment tout en magie et c’est trop bien. Il y en a de toutes les couleurs. Il y en a même des noires, aussi connues sous le nom de « paillettes batman ». Je les aime. Attention, on ne peut pas les appliquer sur le maquillage déjà fait, le gel enlève les couleurs. Il faut se garder des endroits de peau nue pour pouvoir les faire scintiller !

Voilà.
Alors, madame Licorne, on achète quoi ? Tout ça ?!
Ben… ça dépend. Si après la lecture de cet article vous êtes encore plus embrouillé-e qu’avant, contactez moi, on discutera de tout ça !