Pinceaux

Je veux m’y mettre… J’achète quoi ?

Si se faire maquiller est un vrai plaisir, maquiller les autres en est un aussi, croyez moi !
Et les petits et les grands aiment souvent ça… Alors pour apprendre, évidemment le top c’est de faire un petit stage avec un-e pro (au hasard, moi, contactez moi pour organiser ça). Mais… après, avec quoi on maquille, une fois à la maison ?

La réponse est : ça dépend (sans blague).

De votre budget, de vos envies, de l’usage que vous ferez de ce matériel (est-ce pour un adulte, pour un enfant qui veut se maquiller lui même, pour la kermesse de l’école ?)

La première chose et la seule sur laquelle on ne transige pas du tout jamais de la vie, c’est : on utilise des produits cosmétiques (faits pour aller sur la peau), aux normes cosmétiques . D’une marque qui a pignon sur rue (on en reparlera).

Exit : Les posca (marque que j’aime d’amour pour écrire et dessiner sur tout sauf sur la peau), les feutres à alcool type sharpie (pour la même raison), la peinture acrylique (omondieu, c’est du plastique, ça bouche les pores, c’est plein de pigments pas faits pour la peau, berk berk), la gouache, les feutres même “lavables” . Ce ne sont pas des produits cosmétiques, même s’ils sont de (très) bonne qualité. Et même si “petit-e je m’en mettais dessus tout le temps et j’ai jamais eu de problème”. C’est très différent de laisser un enfant jouer et explorer avec la peinture à doigts de temps en temps, et de lui maquiller le visage (ou même le corps) avec.
Exit aussi les crayons ou fards de maquillage sans marque ni marquage de norme, achetées sur wish ou aliexpress ou dans les magasins “tout à 1€”, la qualité sera naze (pas beaucoup de pigments, toucher désagréable etc) et il y a un risque non négligeable pour que les pigments utilisés soient à base de métaux lourds genre du plomb ou autres trucs nuls, voire que le machin soit hyper allergisant. Sans aucun contrôle car pas de marque / de tests de normes. BERK.

Exit aussi et ça c’est encore plus important, les paillettes de bricolage.  Les paillettes, ça brille, c’est beau, c’est comme de la magie, c’est super. Mais c’est surtout des petits morceaux de matériaux brillant. Pour les paillettes cosmétique, il s’agit de plastique (ou bioplastique pour les versions biodégradables, un autre sujet passionnant mais pas celui dont je parle maintenant) adapté au contact avec la peau (y compris les colorants), souvent ronds ou hexagonaux. Pour les paillettes de bricolage, c’est souvent du plastique couvert d’une fine couche de métal (pensez papier alu), coupé en tout petit carrés (ou hexagones). Donc du métal avec des coins. Sur le visage d’un enfant (ou d’un adulte). On est à un frottement d’yeux de se retrouver avec un bout de métal pointu dans l’œil. Quand c’est pas un petit morceau de verre. Bref, je vous fais pas de dessin : IL FAUT PAS LE FAIRE.

(attention, une paillette, même cosmétique, dans un œil, ça fait mal et ça fait pleurer ! Mais ça ne raye pas la cornée donc c’est : pas grave. On évite quand même les paillettes près des yeux des plus petits et on demande aux grands de bien fermer les yeux très fort au moment de les appliquer).

Okédakor madame la Licorne mais du coup… On achète quoi ?

Des couleurs

Si c’est pour une fois de temps en temps, qu’on a pas beaucoup de sous et/ou qu’on veut absolument acheter dans un magasin “physique” et pas sur Internet, on va vers ce genre de choses : Grim’tout, le leader du marché en France, ou Djeco (ou d’autres marques de jouets “bien”). Ce sont des produits sécurisés, aux normes cosmétiques, utilisables sans danger sur les enfants (à partir de 3 ans).
Par contre, les pigments ne sont pas très intenses, les couleurs pas très vibrantes, la texture difficile à rendre belle, bref : le résultat sera pas top. Mais : vous limitez au maximum les risques (d’allergie, de toxicité). Ces marques proposent aussi des paillettes (cosmétiques), en gel ou libres, et sans danger.

Il existe également des marques de maquillage bio. Je n’ai pas eu l’occasion de les essayer personnellement, mais même sur leurs photos de promo, on voit que les pigments ne sont pas très vifs… Ce qui est parfaitement normal pour des pigments bio, on ne peut pas tout avoir! Mon avis c’est que comme ce sont des produits qu’on utilise ponctuellement (et pas tous les jours comme un gel douche par exemple), le “non bio” a un impact moindre dans ce cas, et autant aller vers des couleurs qui pètent!

Si on a un peu plus de sous et/ou qu’on a envie de choses de meilleure qualité, on va chez Planet Body art ou Les couleurs du vent (en France), qui vendent du maquillage professionnel pour le bodypainting. Il y a de nombreuses marques, de qualité équivalente – chacun et chacune a sa préférence évidemment, mais globalement, ce qui est vendu sur ces sites est de bonne qualité.
Dans la suite je vous ai mis des liens vers les produits sur le site de Planet Body Art, sachez que cet article n’est pas sponsorisé du tout, simplement c’est principalement là que je me fournis. (Ceci dit Bruno si tu veux me sponsoriser, tu as mon historique de commandes, tu sais donc ce que j’aime et ce que je n’ai pas encore, et en plus tu as même mon adresse)

Personnellement, voilà ce que je conseille (après cette introduction d’à peine 800 mots, nous arrivons donc au vif du sujet) :

J’aime les marques Global Colours, TAG, Fusion Body Art, DiamondFX, et Superstar. Mes préférés étaient Global Colours au début parce que sous le climat chaud et humide de Nouméa, c’est la marque qui tenait le mieux ! Maintenant j’ai une préférence pour Fusion, la petite sœur de Global, et pour les couleurs unies (surtout les métalliques) de chez Superstar, qui ont la particularité d’être fabriquées en Europe (mais pas vegan, elles contiennent de la lanoline).

Personnellement, j’ai commencé avec une palette de one stroke (celle-ci), rapidement upgradée avec des couleurs unies en plus, et des pinceaux IKEA, rapidement remplacés par des pinceaux plus adaptés (je vous en reparle plus bas).

Palette Carnival Global Colours

Pour un adulte ou un enfant grand (je vous laisse définir “grand”) la palette mixte “one stroke – couleurs unies” est  un bon moyen de commencer et/ou d’avoir un kit polyvalent et compact à emporter partout (ou à ranger dans un petit appartement parisien). Mais comme le one stroke demande une bonne maîtrise du geste et de la patience et de l’entraînement, je le recommande plutôt pour les adultes / enfants grands.

Lorsque ma fille de 5 ans a voulu commencer le maquillage, je lui ai offert cette palette Superstar, qui a toutes les couleurs indispensables (comme le rose, le violet, le doré) et est  bien solide (en métal). Les couleurs Superstar sont faciles à appliquer et les couleurs sont belles et vives. Je n’ai jamais eu de problème pour démaquiller ma fille, ses copines ou son petit frère, qu’elle maquille très souvent.

Comme j’aime les arcs en ciel plus que (presque) tout, j’ai quand même ajouté un one stroke arc en ciel. En l’occurrence je l’avais déjà chez moi, mais vous trouverez votre bonheur ici . Attention, plus il y a de couleurs dans le one stroke, plus c’est difficile de s’en servir. Pour utiliser le one stroke, il faut un pinceau plat de 3/4 inch ou 1 inch, soit entre 2 et 2.5 cm de large. Là encore, on en trouve sur les sites de maquillage, mais aussi dans les magasins de beaux arts (plus difficile à trouver dans ces largeurs cependant).

Palette basique Superstar

Des pinceaux

J’ai ajouté quelques pinceaux ronds et plats, inutile d’investir trop vite dans des pinceaux à 10 ou 15 euros l’unité (eh oui), j’aime bien ceux de la marque Manet pour l’huile et l’acrylique. Attention à bien prendre des pinceaux en poils synthétiques, plus adaptés que les poils naturels (qui peuvent réagir bizarrement avec la peinture).

Des éponges et des peintures multicolores

Ma fille n’est pas fan des éponges (probablement parce que moi non plus), mais lors de mes initiations aux beaux maquillages multicolores, je vous apprends à utiliser une éponge et un split cake  : un grand rectangle contenant plusieurs couleurs qu’on vient récupérer d’un seul coup puis appliquer avec l’éponge.
J’aime les éponges pétale (bien adaptées aux visages des enfants) ; les marques de split cake sont les mêmes que pour les peintures (Superstar n’en fait pas, ils n’ont que des couleurs unies), il faut choisir ses couleurs préférées (et c’est  impossible de se limiter à quelques uns). On peut aussi les fabriquer soi même avec des couleurs unies.
(A noter, les couleurs Grim’Tout en gros galet font des split cakes tout à fait acceptables. Leur défaut principal (le défaut de pigmentation) étant moins “grave” pour les bases, le résultat est correct. Cependant, ce n’est même pas si économique que ça, les galets Grim’Tout coutent autour de 5 € les 18 mL contre environ 6 € les 32g des marques pro. Évidemment l’unité n’est pas la même donc pour comparer ce n’est pas facile. Mais bon. Le prix est pareil, quoi. En plus, Superstar fait des pots de 16g, bien suffisants pour maquiller beaucoup d’enfants, autour de 4.50€. Franchement, mon avis, c’est que ça ne vaut pas le coup de s’embêter… Mais si vous avez des galets à recycler, ça marche ! )

Des paillettes libres, en gel, en crème, des paillettes partout

Évidemment cet article ne peut pas être complet tant qu’on n’a pas parlé de paillettes. Je ne parlerai pas aujourd’hui des paillettes biodégradables parce que pour l’instant, je n’en utilise pas. Cela fait partie des choses que je veux étudier, mais j’ai encore un grand stock de paillettes à utiliser avant de pouvoir les remplacer par des biodégradables. Je voudrais également dire que les flacons de paillettes durent LONGTEMPS. Même en maquillant tous les jours depuis un an et demi, je ne suis toujours pas venue à bout de mes premières paillettes. La quantité de déchet produite est donc “raisonnable”, même si, nous sommes d’accord, aucun, ça serait mieux.

Les paillettes, je vous l’ai déjà dit, doivent absolument être cosmétiques, et je déconseille d’en acheter pas cher – c’est trop important…
J’ai des paillettes fines en pfftpfft (oui c’est un terme technique), on en trouve également en petit pot (plus ou moins pratique, chaque technique a ses afficionados). Il existe également des paillettes plus grosses “chunky”, à ne pas appliquer près des yeux (dedans ça fait MAL), mais qui sont très très jolies aussi.
Mes préférées d’amour, celles qui font scintiller les yeux des enfants et des grands (alors qu’on ne les met pas sur le contour des yeux!) ce sont les gels pailletés pleins de paillettes de différentes tailles, formes et couleurs, comme les Pixies . Super faciles à appliquer au doigt ou avec un applicateur silicone exprès (gadget ultime trop pratique), elles transforment tout en magie et c’est trop bien. Il y en a de toutes les couleurs. Il y en a même des noires, aussi connues sous le nom de “paillettes batman”. Je les aime. Attention, on ne peut pas les appliquer sur le maquillage déjà fait, le gel enlève les couleurs. Il faut se garder des endroits de peau nue pour pouvoir les faire scintiller !

Voilà.
Alors, madame Licorne, on achète quoi ? Tout ça ?!
Ben… ça dépend. Si après la lecture de cet article vous êtes encore plus embrouillé-e qu’avant, contactez moi, on discutera de tout ça !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *